Retour au blog

13 juin 2021

Initiation à l’archéologie pour les Latinistes et les Hellénistes de Première et Terminale

Une initiation à l’archéologie terrestre et sous-marine

Yann Gaonac’h, archéologue chargé de mission à l’ADRAMAR (St Malo), a proposé un atelier de trois heures aux Latinistes et Hellénistes de Première et Terminale. L’archéologie étudie les artefacts, objets façonnés par l’être humain et découverts à l’occasion de fouilles archéologiques. Ces vestiges apportent un éclairage complémentaire aux informations délivrées par les textes anciens.

Focus sur l’archéologie subaquatique

Après avoir présenté un rapide historique de la discipline (urinatores aux pieds-lourds dans l’antiquité, cloches à plongée, scaphandres, puis bouteilles), Yann Gaonac’h a rappelé que la convention de l’UNESCO (2001) protégeait ce patrimoine subaquatique inestimable. En effet, les menaces sont nombreuses:

 

 

  • la dégradation naturelle : des bactéries mangent l’épave du Titanic qui disparaîtra d’ici 50 ans;
  • la dégradation anthropique: les filets de chalut draguent les fonds marins;
  • le pillage: toute épave trouvée devrait être déclarée au Ministère de la Culture.

Les sites archéo-maritimes dans le Morbihan

Que fouille-t-on? Des épaves, toutes périodes confondues.

  • l’épave de Ploumanach, Côtes d’Armor, 4ème siècle de notre ère : aucune trace de coque ni de mobilier de bord, mais 271 lingots dont le poids varie de 28 à 140 kg ont été inventoriés. L’étude épigraphique a permis de reconnaître des chiffres romains indiquant le poids en livres celtiques (300 grammes) et des noms de tribus celtiques de Grande-Bretagne romanisée : les Icenes et les Brigantes.
  • l’épave de Aber Vrach, Finistère, Moyen-Âge : charpente navale conservée, mobilier (lanterne, poteries bretonnes, deux peignes en bois, restes de faune et de flore qui nous renseignent sur les pratiques alimentaires, huit monnaies).
  • l’épave de la frégate corsaire La Dauphine, construite en 1703 et trouvée aux portes de St Malo : charpente en chêne, objets de gréement, vaisselle de table, outils de bois, objets personnels et d’apothicairerie, canons sur affûts et chargés en lest, sabres et pistolets…
  • l’épave du Prince de Conty, navire de la Compagnie française des Indes Orientales de retour de Chine qui sombra près de Belle-île en 1746 : des milliers de fragments de porcelaine de Chine du règne de l’empereur Qianlong (1736-1795), des restes de caisses de thé, des rondins de bois tinctorial et trois petits lingots d’or chinois pesant chacun de 368 à 375 grammes.
  • Le sous-marin U171 allemand type IXC/40 coulé au large de Lorient en 1942 : plaques provenant de différents points du sous-marin dont une portant l’inscription U171, canon de 105 mm, 3 valises vides, servant de conteneurs aux torpilles de réserve, une torpille.

Méthodes et techniques de fouille : le carroyage du site

Un carroyage est mis en place avant le dégagement des vestiges : un aspirateur sous-marin pour sédiments permet aux structures d’apparaître. Il faut alors photographier, étiqueter et numéroter. Les objets sont ensuite emmaillotés et remontés avec précaution: les objets lourds par parachute ou par ballon d’air. Puis les vestiges prélevés sont traités en laboratoire.
Après avoir reconstitué un carroyage, Yann Gaonac’h a invité les élèves à faire un dessin de fouilles sur papier millimétré selon 9 divisions. Le croquis doit être légendé. Tous les objets présents sont d’authentiques vestiges prêtés à l’ADRAMAR pour ces ateliers de sensibilisation. Aux élèves, après avoir observé les carrés, d’identifier les épaves en les situant chronologiquement.

L’atelier du céramologue

La céramique, matériau fragile, se conserve très bien sous terre ou en mer. La céramologie étudie les objets en céramique ( poteries, tuiles, briques, carreaux…) et s’intéresse aux techniques de fabrication (façonnage, traitement des surfaces, cuisson) et à leurs formes (typologie).

L’étude d’une monnaie romaine

Vestiges très importants, les monnaies sont des marqueurs chronologiques et géographiques qui donnent des informations sur une personnage et un contexte économique, politique et culturel.

  • L’avers (face) arbore souvent une figure du pouvoir (magistrat ou empereur) entourée d’une légende circulaire (nom, titre) qui permet de diffuser l’image et le statut du politique sur la totalité de l’empire.
  • Le revers (pile) illustre un événement marquant ou un message politique ou religieux.

Article Ouest-France

Les élèves de Terminale proposeront des ateliers archéologie dans le cadre de la Fête de la Science 2021 dont l’accroche sera “l’émotion de la découverte”.