Retour au blog

07 juin 2018

Après la prépa Sciences Po : Exemple de parcours n° 6

LISE GRAVELEAU en 2eme année à Sciences Po Rennes

 

 

 

La Procédure Mention TB

 

Actuellement en deuxième année à Sciences Po Rennes, j’ai intégré l’école directement après le bac. Après avoir été admissible à Paris sur dossier et avoir échoué à l’oral, après avoir fini 223ème sur liste complémentaire au concours commun, j’ai été admise à l’IEP de Rennes via la procédure mention très bien.

En septembre 2016, je suis donc entrée à Sciences Po, cette école qui m’avait fait tant rêver

 

Les Cours En 1ère Année

 

En première année, on a des cours vraiment très divers, on a de la science politique, du droit constitutionnel, des relations internationales, des langues, de la gestion, de l’histoire etc. Les cours magistraux s’accompagnent de conférences de méthode, durant lesquelles on peut poser des questions mais où on réalise des exposés et des débats.

Ces travaux de groupe rythment nos semestres.

Les partiels sont également les moments-clés de notre année scolaire, deux semaines durant lesquelles on enchaine les épreuves et qui sont assez éprouvantes.

 

 

La Deuxième Année

 

En deuxième année, on choisit une section parmi les suivantes : développement durable ( sur le campus de Caen ), service public, économie et finance ou politique et société.

J’ai choisi service public et j’ai donc cette année 30% de mon volume horaire consacré à des cours de droit administratif, de finances publiques etc.

Nous étions la dernière promotion à avoir ce système de sections.

Les cours magistraux en deuxième année sont un peu moins généraux qu’en première année puisqu’on a des cours comme histoire de l’empire ottoman, sociologie de l’action publique, institutions juridiques de l’UE, droit privé etc.

 

On peut aussi prendre des cours optionnels : j’ai choisi cette année « sociologie du conflit israélo-palestinien » et « religion, politique et droit ».

 

Les cours restent assez généraux – trop diront certains – mais cela constitue l’essence même de notre parcours en première et deuxième années. Concernant la dose de travail, elle est moins élevée en 2A qu’en 1A, mais on a quand même matière à approfondir et à travailler de notre côté.

 

 

La Vie Associative

 

En parallèle des cours, on a une vie associative très développée, chose qu’on retrouve dans tous les IEP.

 

Semaine d’intégration : En première année, on a une semaine d’intégration, ce qui nous permet de faire connaissance avec le reste de la promotion.

 

Les soirées : Les années scolaires sont rythmées par les soirées comme la soirée avec Supélec, la soirée post-partiels ou encore le fameux gala de fin d’année. A noter également le CRIT, évènement sportif qui rassemble tous les Sciences Po de France.

GALA AVRIL 2017

En première année, nous sommes plutôt passifs puisque c’est en deuxième année qu’on occupe les bureaux des associations.

Cette année, je suis dans trois associations. Je suis Présidente de Kengred, une toute petite association qui aide les 1A pour les cours.

 

Je suis Vice-Présidente et responsable communication du Parlement des Etudiants de Rennes, qui est une association ouverte à tous les étudiants ( et pas que de Sciences Po ! ) qui existe partout en France, et qui organise des simulations parlementaires, des visites d’institutions à Paris etc. J’adore m’occuper des réseaux sociaux donc je me suis vraiment éclatée à faire ça cette année. On a réussi à développer de façon significative l’association, ce qui est de bonne augure pour les prochaines années !

Bureau du Parlement des Étudiants de Rennes lors du forum des associations en septembre 2017.
Photo prise en février 2017, lorsque nous avons participé à la séance nationale du Parlement des Étudiants,
et que nous avons pu interroger les candidats à la présidentielle ou leur représentant.

Avec des filles de ma promotion, nous avons créé une association qui s’appelle Solidareizh Sciences Po Rennes dont je suis la trésorière, qui vise à promouvoir la solidarité dans l’IEP en organisant des actions solidaires comme des maraudes, des collectes, des dons du sang etc.

 

Bureau de Solidareizh lors du forum des associations 2017

Il y a vraiment des associations dans beaucoup de domaines même si l’école n’est pas si grande. Il y a par exemple Zéphyr, l’association qui s’occupe des étudiants étrangers ,le Bureau des Arts, le Bureau des Sports, In Vino Véritas, l’association oenologique, Ységoria qui organise des conférences ou encore Qui veut Durable, l’association écolo grâce à laquelle j’ai un panier bio chaque semaine.

Même en étant une habituée du milieu associatif bien avant d’intégrer Sciences Po, faire partie des associations développe vraiment des  compétences supplémentaires, en plus de créer vraiment une très bonne ambiance dans notre promotion, puisque quasiment tout le monde est dans le bureau d’une association. Cela change vraiment de la première année, où nous étions plutôt passifs et durant laquelle il n’était pas forcément facile de s’intégrer et de te créer un réel groupe d’amis. Les gens sont globalement tous très gentils, et il n’y a pas du tout de compétition entre nous, au contraire !

 

ET LA 3EME ANNEE ?… rituel de passage vers un âge plus adulte.

 

Sciences Po, c’est également la 3A, l’année à l’étranger.

A Rennes, on a le choix entre une année mixte, un semestre stage/un semestre université, ou une année complète d’études.

En juin et juillet, je dois effectuer un stage de 6 semaines minimum, stage que j’aimerais faire dans le domaine des collectivités locales.

En octobre, je pars à Münster en Allemagne, ce qui était mon premier choix car je souhaite vraiment parler allemand.

Au deuxième semestre, je serai en stage. J’aimerais le faire dans le domaine du marketing digital/évènementiel, si possible en Asie.

 

 

La 3A, c’est vraiment l’aboutissement de nos deux premières années, et c’est, selon beaucoup d’élèves, le rituel de passage vers un âge plus adulte et donc le Master.

 

 

ET APRES ?…Parcours CPENA  OU autre master en Politiques Publiques ?

A mon retour, je ne sais pas encore quel master je vais faire, puisque j’hésite encore beaucoup. Initialement tournée vers un parcours CPENA pour préparer les concours administratifs, peut-être vais-je changer d’avis en me dirigeant vers un autre master en Politiques Publiques, et pourquoi pas repasser en école de commerce si j’ai toujours cette envie d’évoluer dans le domaine du marketing digital, puisque c’est vraiment un domaine qui m’intéresse de plus en plus.

 

RESSENTI : stimulant, épanouissant, une véritable chance.

 

Finalement, on oublie assez vite notre année de préparation au concours, on n’en parle jamais et il est assez étonnant de voir la capacité des étudiants à « oublier qu’ils sont à Sciences Po », école pourtant tant mise sur un piédestal à l’extérieur des murs. Se retrouver qu’avec des excellents élèves est assez déroutant au début, mais pour ma part je trouve ça assez stimulant. En arrivant en première année, je n’avais pas le sentiment d’être légitime parce que je n’avais pas l’impression d’avoir le niveau, puis les premières notes sont tombées et on se rend rapidement compte que les niveaux avant d’entrer à Sciences Po ne sont plus si déterminants que cela. Les notes sont quasiment toujours entre 8 et 13, sachant que la minimum est en général 6 et la maximum 16, ce qui ne fait pas des moyennes très hétérogènes. L’avantage, c’est que quand on a vraiment une bonne note on l’apprécie beaucoup plus qu’au lycée !

Pendant ma première année, à chaque fois que je passais devant la magnifique entrée de l’école, je me disais que j’avais quand même de la chance d’y être. Il m’arrive encore très souvent d’y repenser même aujourd’hui. Je saisis toujours ma chance d’avoir intégré cette école, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas de certains élèves.

 

Un cadre idyllique …même la nuit

 

Je me suis très épanouie aujourd’hui dans mes études, chance qui n’est pas toujours celle de beaucoup de mes camarades du lycée dans leurs études post-bac. En effet, j’arrive à conjuguer des études qui me plaisent avec des engagements extra-scolaires et des sorties, ce qui est pour moi la situation idéale !