Retour au blog

15 décembre 2021

Les petits lutins de la solidarité ont parfaitement rempli leur mission « Boites de Noël »!

Réunion bilan des éco-délégués ce mardi 14 décembre

Capucine Plassart (TG2), Camille Labbé (TG2) et Coline Rollet (1G6), entourées de leur équipe d’éco-délégués, ont convié Mme Le Roux-Puigrenier, Référente EDD, à leur réunion de synthèse destinée à lister les points positifs et les points à améliorer.

Ils se sont ainsi félicité de la réactivité des donateurs en l’espace d’une semaine, de la coopération des assistants d’éducation et de la CPE, Mme Péraud, de la disponibilité de l’association Boîtes solidaires de Noël 56.

Le point à améliorer tourne autour du calendrier et de la communication. Il faudra commencer à collecter beaucoup plus tôt et donner davantage de conseils pour le garnissage des boites. Par exemple, on pourra encourager les élèves à les remplir de manière collective, chacun apportant sa contribution à la hauteur de ses moyens.

Ils ont fini par évoquer le Noël 2022. Leur projet est de poursuivre l’opération l’année prochaine et de voir plus grand en associant les lycées V. Hugo d’Hennebont et Colbert de Lorient.

Une rencontre riche en émotion avec Thérèse Descamps

Thérèse a livré son témoignage en tant que fondatrice de cette opération de Noël. Si elle avait pu collecter 5 000 boites l’an dernier, elle espère atteindre les 1 500 boites cette année. Elle sait donc qu’elle ne pourra pas répondre à la demande de toutes les associations. Elle devra privilégier les plus petites comme La Croix rouge,  Solidarité Exilés Hennebont, Languidic Solidarité, les centres sociaux et maisons de quartier, c’est-à-dire prioritairement celles qui demandent moins de cent boites.
Quels sont les bénéficiaires? Les sans domicile fixe, les mis à l’abri, les mineurs isolés, les femmes seules avec enfant(s), les exilés, les personnes en EHPAD. Les trois quarts des boites sont distribuées à des hommes.
Nos éco-déléguées ont demandé s’il leur était possible d’assister Les Compagnons de la Nuit dans leurs maraudes. Thérèse leur a expliqué qu’il était difficile d’aborder ces hommes et femmes dans la précarité et que seul un lien de confiance tissé à travers le temps permettait de les approcher.
Une anecdote a ému tout le monde : Thérèse, les larmes aux yeux, a raconté qu’un adolescent en recevant une boite de Noël l’an dernier a avoué ne pas avoir eu de cadeau depuis 7 ans.