planche-a-voile-5
Retour au blog

20 août 2017

De la section sportive au Pole France : portrait

À la rentrée 2017/2018, Robin Sarriaud, 16 ans, est admis en classe de 1ère à Brest dans l’un des 3 Pôles France spécialisés en voile olympique. La consécration pour ce jeune sportif qui voit là l’occasion de continuer à concilier, au meilleur niveau, planche à voile et études. Pour y arriver, il est passé par la seconde du Lycée Dupuy de Lôme, section sportive planche à voile. Une année déterminante selon lui. Retour sur un parcours pas tout à fait comme les autres…

Double sélection

Pour intégrer la section sportive du Lycée Dupuy de Lôme, il faut un bon niveau sportif et un dossier scolaire plutôt béton.

Côté sport, c’est Rémi Orain, entraîneur chargé des sections sportives au CNL (Club nautique de Lorient), qui présélectionne les candidats : test physique, test de navigation et entretien de motivation : si, et seulement si cette première étape est franchie avec succès, le lycée prend le relais et valide ou pas la candidature. Le calcul est simple et sans appel : moyenne générale minimum exigée en fin de 3e, sans les notes de musique et d’arts plastiques, de techno et d’EPS : 12/20.

 

Des débuts difficiles

À sa sortie de 3e en 2016, Robin franchi les 2 sélections avec succès et intègre la 2nde  section planche à voile du Lycée Dupuy de Lôme, en interne. Au programme : 2 séances de 2h de planche le mercredi et le vendredi après-midi à Kerguelen (Larmor-Plage, direct en bus) + une préparation physique le jeudi soir : musculation au lycée, footing autour de l’étang du Ter… + des compétitions certains week end et parfois même pendant les vacances.

Les débuts sont difficiles se souvient Robin. Il a du mal à s’adapter et à s’organiser. Mais ça ne durera pas comme le montrent ses résultats : 13,5/20 de moyenne au 1er trimestre, 15,50 au 2e trimestre et 15/20 au 3e trimestre.

 

L’internat, un cadre favorable

Robin habite Redon : l’internat s’impose. À l’écouter, c’est un bon compromis. D’abord parce qu’il partage sa chambre double avec un autre véliplanchiste de la section sportive. Et puis parce que les surveillants font tout pour que les élèves des sections sportives puissent mener de front études et sport. Les soirs sans entraînement, ils ont le droit de travailler un peu plus que les 1h30 règlementaires. Flexibilité, organisation, anticipation et persévérance sont les clés de la réussite. Pour Robin, le lycée Dupuy de Lôme lui a offert le cadre nécessaire pour rester concentré sur ses études qu’il a bien l’intention de poursuivre. Il parle déjà de devenir ingénieur.

 

Un lycée bien équipé et idéalement situé

Le Lycée Dupuy de Lôme est à la fois bien équipé et très bien placé au cœur de la ville de Lorient. À deux pas du lycée, les lignes de bus permettent de rejoindre sans changement le centre d’entraînement de Kerguelen à Larmor-Plage. Pour Robin, c’est un vrai atout quand on sait que chaque minute de son emploi du temps compte. Les séances de course à pied se font autour de l’étang du Ter et pour le reste, le lycée dispose d’une salle de musculation, d’un mur d’escalade et d’une belle salle de gym auxquels il a accès dans le cadre de sa préparation physique. Le CDI fait aussi partie des ses lieux de prédilection. Ouvert tous les jours, il permet, notamment aux internes, de travailler, d’avoir accès aux ordinateurs, etc.

 

Un conseil ?

À la question « que conseilleriez-vous à un jeune qui voudrait faire une section sportive ? » Robin n’hésite pas une seconde : « il faut essayer. Si on a le niveau, c’est une occasion à ne pas manquer ! »

Pour ce jeune véliplanchiste plein d’ambition, c’est maintenant qu’il faut en profiter. Tant pis pour les emplois du temps surchargés : la section sportive offre le cadre idéal pour rester concentré sur ses études tout en continuant à progresser dans sa discipline sportive. Le meilleur de deux mondes…

Et après ? Robin voudrait intégrer une prépa scientifique et faire une école d’ingénieur. Et « profiter de ses années lycée » ! À vrai dire, ça semble plutôt bien parti…