Retour au blog

06 juin 2018

FETE DE LA NATURE DU AU 23 AU 27 MAI 2018

Célébrons la fête de la nature!

Les latinistes ont parcouru le parc du lycée et ont fait quelques rencontres….

Tourterelles :

La légende de PHATTA

Une jeune fille gardait son troupeau de vaches et les guidait de sa voix. Un jour un jeune homme voulut rivaliser avec elle et entraîna grâce à son chant les huit plus belles de ses vaches. La jeune fille désolée pria les dieux de la transformer «  en cet oiseau, vivant comme la fille en montagne, ayant une belle voix comme elle » et depuis elle vole et chante pour retrouver ses vaches perdues. (Longus, Daphnis et Chloé, I)

Corneilles:

Jadis, la corneille était une belle jeune fille, qui inspira à Neptune une grande passion. Pour lui permettre de lui échapper, Minerve la transforma en corneille et fit d ‘elle sa fidèle suivante. Mais elle fut détrônée par Nyctimène, métamorphosée à son tour en chouette, suite à un inceste. Ovide, Métamorphoses, II, 531707

 

 

Pies

Les déesses de l’Hélicon et les Piérides faisaient un concours de chant. Les Nymphes, juges de ce combat, décernèrent le premier prix aux Muses. Les Piérides vaincues murmurèrent l’injure et l’outrage. “Puisque, reprit la Muse, c’est peu pour vous d’avoir déjà mérité, par votre défi téméraire, un légitime châtiment, et que vous osez encore ajouter l’insulte à l’audace, la patience n’est plus en notre pouvoir; et justement irritées, nous saurons vous punir et nous venger.”. Et ainsi, écoutant les « menaces avec un ris moqueur. Mais voulant joindre à la violence de leurs clameurs des gestes insolents, elles aperçoivent des plumes croître sur leurs doigts et sur leurs bras. Elles voient leur bouche se durcir en un bec allongé. Déjà changées en oiseaux, elles voulaient meurtrir leur sein, elles battent des ailes, et s’élèvent dans les airs. Elles vont se percher sur les arbres; et transformées en pies, elles ont conservé leur caquet indiscret et leur cri rauque et babillard. » (Ovide, Métamorphoses, V, 662-678)

Sibylle :

La Sibylle était une devineresse. Un jour, Enée lui demanda de formuler un vœu. Elle prit le sable à ses pieds et lui demanda de lui accorder des années égales en nombre à ces grains de poussière. “J’oubliai de demander, en même temps, le don de ne point vieillir; cependant il me l’offrait, il me promettait une jeunesse éternelle, si je voulais répondre à ses désirs. Je rejetai les dons d’Apollon, et je suis vierge encore. Mais l’âge le plus heureux a fui; la pesante vieillesse est venue d’un pas chancelant, et je dois la supporter longtemps; car, quoique déjà sept siècles se soient écoulés devant moi, il me reste à voir encore trois cents moissons et trois cents vendanges, avant que mes années égalent en nombre les grains de sable qui mesurent ma vie. Le temps viendra où un plus long âge raccourcira mon corps, où, consumés par la vieillesse, mes membres seront réduits à la plus légère étendue. Alors je ne paraîtrai avoir pu ni charmer un dieu, ni mériter de lui plaire. Peut-être Apollon lui-même ne me reconnaîtra plus, ou il niera de m’avoir aimée. Et tel sera mon changement, qu’invisible à tous les yeux, je ne serai connue que par la voix : les destins me laisseront la voix.” (Ovide, Métamorphoses, XIV, 101-153)

Savez-vous quelles histoires se cachent derrière les insectes ?

Voici un reportage de radio écoutille à ce sujet:

 

 

 

 

 

 

 

Le Chêne. Arbre sacré dans de nombreuses traditions, le Chêne est investi de privilèges accordés à la divinité suprême parce qu’il attire la foudre et symbolise la majesté. Le chêne est aussi l’arbre consacré à Jupiter dans la mythologie classique où de grands chênes croissent dans la forêt de Dodone, en Épire, qui est consacrée à l’oracle de ce dieu, et est l’un des plus anciens sanctuaires grecs.

Les Roseaux. Carpos, le fils très beau de Zéphin, est amoureux de Calomos. Carpos se noie, Calomos se laisse mourir de chagrin et se transforme en roseau.

Le Peuplier. Le nom de cet arbre signifie “Peuple”. La légende dit que c’est l’Arbre du peuple puisque ce serait sous des Peupliers que celui-ci prenait autrefois des décisions importantes. Depuis l’Antiquité le peuplier a une connotation funèbre. Pline l’Ancien rappelle que les défunts étaient recouverts de peupliers noirs. Lorsque Hercule descend aux enfers afin de s’emparer du chien Cerbère, il s’enveloppe le crâne de rameaux de peuplier, qui blanchissent au contact de la sueur dans sa partie inférieure et noircissent par les fumées infernales en sa partie supérieure.

Le Pin. Dans la mythologie grecque, la nymphe Pithys, convoitée par Pan, lui échappa en se métamorphosant en Pin noir. Aux Jeux Isthmiques de Corinthe, ce sont des couronnes de pin qui récompensent les vainqueurs.

Le Laurier. Dans la Grèce antique, le laurier était l’arbre sacré du dieu Apollon. La légende raconte qu’Apollon était amoureux de la nymphe Daphnis. Pour lui échapper, elle se transforma en laurier, dont Apollon, désespéré, décida de faire son emblème.